Matthieu MONTALBAN

« Technologie, institutions et souveraineté monétaire »

Matthieu Montalban est Maître de conférences (HDR) à l’Université de Bordeaux.

Résumé

La révolution numérique et l’émergence des cryptomonnaies interrogent la souveraineté des états et banques centrales à réguler l’émission monétaire. Implicitement, ce problème interrogele pouvoir relatif de la technique par rapport au pouvoir institutionnalisé de l’Etat, et donc des’interroger sur les notions de souveraineté (monétaire) et de pouvoir. Les approches en termes de déterminisme technologique ont tendance à faire du changement technique une cause du changement institutionnel. Inversement, l’institutionnalisme historique, dont l’institutionnalisme monétaire (Aglietta et Orléan, 2002 ; Alary et al., 2016) est un avatar, a eu tendance à considérer que c’est le pouvoir et les conflits qui expliquent les changements institutionnels et qui eux-mêmes façonnent la technologie. Devant l’évidence de la relation dialectique entre les deux, nous proposons, à partir d’une large revue de littérature croisant notamment les approches standards (Williamson, 1995), marxistes et radicales (Marx et Engels, 1848 ; Noble, 1974), institutionnalistes (Veblen, 1904 ; Théret, 2000 ; Lordon, 2010) et évolutionnistes (Malerba et Orsenigo, 1994 ; Geels, 2014), une approche permettant d’appréhender en quoi la technique est un pouvoir et source de conflit et de changement institutionnel, et comment en même temps les pouvoirs institutionnalisés, en particulier les pouvoirs souverains étatiques, peuvent en retour réguler ou s’opposer aux effets du changement technique. Nous montrerons alors, en nous appuyant sur les travaux notamment de Freitag (1986), pourquoi on peut qualifier les régulations sociales s’appuyant sur le pouvoir étatique de politico-institutionnelles et modernes, tandis que celles s’appuyant sur la technologie et son développement capitaliste de postmodernes. Nous exemplifierons alors cette approche à la question de la souveraineté monétaire et plus précisément par l’étude des rapports entre cryptomonnaies, banques centrales et Etats.

Communication (51 mn, 73,9 Mo)