Valeur des choses, attention au monde

À propos de Sylvain Piron, Généalogie de la morale économique (Bruxelles, Zones sensibles, 2020, 446 pages)

par Thomas Boccon-Gibod

Sylvain Piron a la patience du médiéviste. Une trentaine d’années lui aura été nécessaire pour publier la synthèse de travaux originaux et inventifs qui auront abouti à une œuvre à laquelle le qualificatif d’inclassable convient assez bien, et dont l’intérêt intrinsèque se mesure sans doute au temps qu’il aura fallu à sa maturation. 

Certes, l’idée que la crise écologique est (ou devrait être) une crise de la pensée économique, pour n’être pas encore universellement partagée, n’a désormais plus rien d’original. Quelles nouvelles lumières peut donc apporter le Moyen-Âge à cet égard ? D’abord, bien sûr, un complément d’information sur les origines de la pensée économique. Sur ce seul plan, l’ouvrage, d’une érudition impressionnante, apporte plusieurs éclairages majeurs. Mais ce n’est pas l’essentiel car l’histoire qui est faite ici ne se veut pas seulement une pierre à l’édifice de la science, mais un véritable appel à « l’insurrection spirituelle ». L’histoire des concepts économiques est en effet indissociable, selon l’auteur, d’une trajectoire générale qui ne relève pas seulement des transformations intellectuelles et cognitives, mais bien de celles de la spiritualité occidentale, impliquant le rapport des hommes aux choses aussi bien qu’au pouvoir et au savoir. Pour le montrer, c’est donc l’histoire des idées la plus ample qui est convoquée : de la théorie économique à l’exégèse biblique en passant par l’anthropologie, l’histoire des idées politiques et religieuses, l’ecclésiologie, etc. 

Continuer la lecture de Valeur des choses, attention au monde

État d’urgence, moment démocratique

Par Thomas Boccon-Gibod (Université Grenoble Alpes)février 2021

L’état d’urgence, parce qu’il pose crûment la question des exceptions aux règles publiques ordinaires, est notoirement difficile à appréhender. À l’heure de la défiance et de l’exaspération générales, l’effort n’en est pourtant que plus nécessaire. Il pourrait répondre, en outre, au sentiment confus que nous sommes peut-être à un instant décisif, qu’il nous appartient de saisir, et dont nous nous demandons (ce qui est sans doute, précisément, le propre de l’urgence) s’il n’est pas déjà trop tard pour l’avoir saisi. 

Mais pour ce faire il faut se garder de deux confusions symétriques, l’une qui rabat l’urgence sur le tempo économique de l’accélération, l’autre qui l’absolutise en la renvoyant à des autorités transcendantes. Cependant, appréhender la portée démocratique de l’urgence doit plutôt conduire à redéfinir les contours de la communauté politique.

Continuer la lecture de État d’urgence, moment démocratique

Banques centrales, la fin d’un mythe?

Adam Tooze, historien de l’économie de renommée internationale depuis qu’il a écrit le livre de référence sur la crise financière de 2008, livre une longue et brillante analyse de la crise juridique, économique et politique ouverte par la décision de la cour constitutionnelle allemande du 5 mai dernier. Il montre notamment que les principes ayant conduit à la constitution des banques centrales indépendantes au cours de la décennie 1970 sont désormais obsolètes.

Continuer la lecture de Banques centrales, la fin d’un mythe?

L’euro : par la démocratie, par-delà la souveraineté ?

Par Thomas Boccon-Gibod

Une lecture, à la lumière de l’actualité immédiate, de Michel Aglietta et Nicolas Leron, La double démocratie. Une Europe politique pour la croissance, Paris, Seuil, 2017

La crise sanitaire du Covid19 s’étant rapidement muée en crise économique, la question de l’organisation de la réponse à ce choc se pose avec acuité dans un contexte européen caractérisé à la fois par de puissants atouts – le premier espace économique mondial, une banque centrale imposante et respectée – et des faiblesses majeures. La décision des juges de la cour suprême allemande, en forme d’ultimatum à la BCE, en est une expression paradigmatique. Les juges allemands ont fait coup double : en s’opposant au programme non orthodoxe de la BCE, elle réaffirme l’autorité des traités et s’arroge elle-même le droit de juger de ses derniers, contre la Cour de Justice de l’Union Européenne qui avait auparavant validé ce programme… et ce, alors même que la BCE se trouve à nouveau aux avant-postes de l’action conjointe de sauvegarde de l’union économique et monétaire. Autant dire que la crise sanitaire ne s’est pas seulement muée en crise économique et sociale, mais aussi, et directement, en crise politique, faisant ressortir de manière d’autant plus pressante la nécessité d’une clarification. 

Continuer la lecture de L’euro : par la démocratie, par-delà la souveraineté ?

Crise économique et théorie monétaire

A lire dans The Conversation, une mise au point de Jézabel Couppey-Soubeyran et Jean-François Ponsot sur le débat monétaire actuel (4 mai 2020).

Pour faire bonne mesure, une autre intervention de Jean-François Ponsot sur le silence, qui peut paraître surprenant, des économistes en pleine crise du Covid-19: si les économistes semblent particulièrement en quarantaine, c’est que l’heure est surtout aux policy-makers.

Continuer la lecture de Crise économique et théorie monétaire

Après la crise sanitaire, comment refonder le service public ?

Par Thomas Boccon-Gibod

La crise du Covid-19 a conduit E. Macron à annoncer des décisions radicales, qui pourraient constituer pour lui une issue à la crise que traversait son quinquennat. Cependant, il semble illusoire de penser que l’irruption du virus suffira à modifier profondément la logique qui a mené aux réformes administratives, et notamment hospitalières, depuis plusieurs décennies – une logique que l’actuel gouvernement n’a fait qu’assumer de manière plus brutale que ses prédécesseurs. Il faut donc comprendre d’où vient cette logique et quelles sont les racines de l’adhésion qu’elle a suscitée. A quoi tenait donc la légitimité politique de ces décisions qui semblent aujourd’hui révoltantes? La réponse à cette question détermine en partie l’issue politique de cette crise qui est à la fois sanitaire, économique et sociale.

Continuer la lecture de Après la crise sanitaire, comment refonder le service public ?

Les banques, 1er acteur de la décarbonation

Un article de Gaël Giraud dans la dernière livraison de la revue Esprit fait le point sur le financement de la transition énergétique. D’après lui, le secteur bancaire est de facto en première ligne pour l’indispensable transformation de nos économies. Cela suppose une nouvelle réglementation du secteur bancaire privé, mais aussi de recourir à la dette publique.

Continuer la lecture de Les banques, 1er acteur de la décarbonation

De l’usage possible de cryptomonnaies « banque centrale »

Une synthèse instructive, dans latribune.fr, des recommandations du Forum économique mondial à destination des banques centrales au sujet des crypto monnaies dont elles pourraient faire usage.

Continuer la lecture de De l’usage possible de cryptomonnaies « banque centrale »

DeMoS et la politique de recherche

(14 janvier 2020)

Le projet DeMoS, dont ce carnet est l’expression, est issu d’un appel à candidature de l’initiative d’excellence (IDEX) de l’Université Grenoble Alpes. A ce titre, il est redevable de la politique de recherche initiée par la loi Liberté et Responsabilité des Universités (2007) et poursuivie par la suite.

Continuer la lecture de DeMoS et la politique de recherche

Quelle critique politique des banques centrales?

À propos de Peter Dietzsch, François Claveau et Clément Fontan, Les banques centrales servent-elles nos intérêts?, Paris, Raisons d’agir, 2019 (128 p.)

D’un format léger et maniable, ce petit essai a pour vocation à la fois à éclairer le public cultivé sur le fonctionnement actuel des banques centrales (et ce aussi bien d’un point de vue pratique que d’un point de vue théorique), et à apporter une contribution significative au débat sur la politique monétaire contemporaine, en particulier en Europe et aux États-Unis.

Continuer la lecture de Quelle critique politique des banques centrales?

Interview de C. Lagarde, présidente de la BCE

Disponible sur le site Challenges.fr à cette adresse (publiée le 8 janvier 2020).

Extrait: « Quelle est l’incidence des risques climatiques sur nos projections de croissance et d’inflation ? Quels signaux envoyons-nous avec nos achats d’obligations, quels sont les actifs que détiennent les banques dont nous assurons la supervision ? Les enjeux sont suffisamment importants pour qu’on s’intéresse de près à ces questions tout en poursuivant notre mission première. « 

Continuer la lecture de Interview de C. Lagarde, présidente de la BCE

Les fondements théologiques de l’économie moderne

À propos de L’occupation du monde de Sylvain Piron (Bruxelles, Zones sensibles, 2018)

Comme chacun sait, le caractère le plus essentiel des évidences est de crever les yeux, c’est-à-dire, comme chacun ne le sait pas, de demeurer imperceptibles.

Continuer la lecture de Les fondements théologiques de l’économie moderne

Pourquoi s’intéresser à l’économie quand on fait de la philosophie?

Sérieux économique, travail philosophique

En règle générale, et à plus forte raison lorsqu’on a une formation philosophique, l’économie intimide. Ce n’est certainement pas un hasard puisque, plus que tout autre science sociale à l’exception notable du droit, on peut dire que cette discipline est desintée à intimider, du fait de sa vocation intrinsèque au sérieux le plus achevé. En effet, il n’est pas exagéré de dire que l’économie est la « science de gouvernement  » des sociétés contemporaines. Son sérieux est à ce titre l’expression de l’importance de ses enjeux et le gage de sa légitimité à les évoquer.

Continuer la lecture de Pourquoi s’intéresser à l’économie quand on fait de la philosophie?

Le Carnet du DéMoS

Le projet « Démocratie, Monnaie, Souveraineté » est porté par l’IDEX Université Grenoble Alpes sur la période 2019-2020. Il est né d’un double constat : d’une part, celui du retour de la notion de souveraineté dans le débat public, de l’autre, celui d’un glissement de l’économie pluraliste vers une forme d’anthropologie sociale, susceptible de dialoguer directement avec les sciences sociales du politique. Il s’agit ainsi d’une étude interdisciplinaire des rapports entre théorie monétaire et théorie démocratique, compte tenu des institutions étatiques telles qu’elles sont historiquement organisées autour de la notion de souveraineté. Cette dernière est-elle la clé d’un renouvellement démocratique ? Comment penser la souveraineté monétaire aujourd’hui, et à quelles conditions celle-ci peut-elle être démocratique ?

Continuer la lecture de Le Carnet du DéMoS