Valeur des choses, attention au monde

À propos de Sylvain Piron, Généalogie de la morale économique (Bruxelles, Zones sensibles, 2020, 446 pages)

par Thomas Boccon-Gibod

Sylvain Piron a la patience du médiéviste. Une trentaine d’années lui aura été nécessaire pour publier la synthèse de travaux originaux et inventifs qui auront abouti à une œuvre à laquelle le qualificatif d’inclassable convient assez bien, et dont l’intérêt intrinsèque se mesure sans doute au temps qu’il aura fallu à sa maturation. 

Certes, l’idée que la crise écologique est (ou devrait être) une crise de la pensée économique, pour n’être pas encore universellement partagée, n’a désormais plus rien d’original. Quelles nouvelles lumières peut donc apporter le Moyen-Âge à cet égard ? D’abord, bien sûr, un complément d’information sur les origines de la pensée économique. Sur ce seul plan, l’ouvrage, d’une érudition impressionnante, apporte plusieurs éclairages majeurs. Mais ce n’est pas l’essentiel car l’histoire qui est faite ici ne se veut pas seulement une pierre à l’édifice de la science, mais un véritable appel à « l’insurrection spirituelle ». L’histoire des concepts économiques est en effet indissociable, selon l’auteur, d’une trajectoire générale qui ne relève pas seulement des transformations intellectuelles et cognitives, mais bien de celles de la spiritualité occidentale, impliquant le rapport des hommes aux choses aussi bien qu’au pouvoir et au savoir. Pour le montrer, c’est donc l’histoire des idées la plus ample qui est convoquée : de la théorie économique à l’exégèse biblique en passant par l’anthropologie, l’histoire des idées politiques et religieuses, l’ecclésiologie, etc. 

Continuer la lecture de Valeur des choses, attention au monde

L’euro : par la démocratie, par-delà la souveraineté ?

Par Thomas Boccon-Gibod

Une lecture, à la lumière de l’actualité immédiate, de Michel Aglietta et Nicolas Leron, La double démocratie. Une Europe politique pour la croissance, Paris, Seuil, 2017

La crise sanitaire du Covid19 s’étant rapidement muée en crise économique, la question de l’organisation de la réponse à ce choc se pose avec acuité dans un contexte européen caractérisé à la fois par de puissants atouts – le premier espace économique mondial, une banque centrale imposante et respectée – et des faiblesses majeures. La décision des juges de la cour suprême allemande, en forme d’ultimatum à la BCE, en est une expression paradigmatique. Les juges allemands ont fait coup double : en s’opposant au programme non orthodoxe de la BCE, elle réaffirme l’autorité des traités et s’arroge elle-même le droit de juger de ses derniers, contre la Cour de Justice de l’Union Européenne qui avait auparavant validé ce programme… et ce, alors même que la BCE se trouve à nouveau aux avant-postes de l’action conjointe de sauvegarde de l’union économique et monétaire. Autant dire que la crise sanitaire ne s’est pas seulement muée en crise économique et sociale, mais aussi, et directement, en crise politique, faisant ressortir de manière d’autant plus pressante la nécessité d’une clarification. 

Continuer la lecture de L’euro : par la démocratie, par-delà la souveraineté ?

Quelle critique politique des banques centrales?

À propos de Peter Dietzsch, François Claveau et Clément Fontan, Les banques centrales servent-elles nos intérêts?, Paris, Raisons d’agir, 2019 (128 p.)

D’un format léger et maniable, ce petit essai a pour vocation à la fois à éclairer le public cultivé sur le fonctionnement actuel des banques centrales (et ce aussi bien d’un point de vue pratique que d’un point de vue théorique), et à apporter une contribution significative au débat sur la politique monétaire contemporaine, en particulier en Europe et aux États-Unis.

Continuer la lecture de Quelle critique politique des banques centrales?

Les fondements théologiques de l’économie moderne

À propos de L’occupation du monde de Sylvain Piron (Bruxelles, Zones sensibles, 2018)

Comme chacun sait, le caractère le plus essentiel des évidences est de crever les yeux, c’est-à-dire, comme chacun ne le sait pas, de demeurer imperceptibles.

Continuer la lecture de Les fondements théologiques de l’économie moderne