À propos

Un carnet de recherche sur trois notions à l’articulation malaisée  : démocratie, monnaie et souveraineté ; et au carrefour de diverses sciences humaines et sociales, principalement la philosophie politique, de l’économie politique et du droit public.

Le projet « Démocratie, Monnaie, Souveraineté » est porté par l’IDEX Université Grenoble Alpes sur la période 2019-2020. Il est né d’un double constat : d’une part, celui du retour de la notion de souveraineté dans le débat public, de l’autre, celui d’un glissement de l’économie pluraliste vers une forme d’anthropologie sociale, susceptible de dialoguer directement avec les sciences sociales du politique. Il s’agit ainsi d’une étude interdisciplinaire des rapports entre théorie monétaire et théorie démocratique, compte tenu des institutions étatiques telles qu’elles sont historiquement organisées autour de la notion de souveraineté. Cette dernière est-elle la clé d’un renouvellement démocratique ? Comment penser la souveraineté monétaire aujourd’hui, et à quelles conditions celle-ci peut-elle être démocratique ?

Un tel problème se pose selon au moins trois modalités.

D’une part, sur un plan anthropologique, il s’agit d’explorer les rapports entre monnaie et société. En effet, la politique monétaire fonctionne essentiellement sur le crédit, qui est un rapport de pouvoir. Quels acteurs sociaux la politique monétaire est-elle susceptible de favoriser ? Inversement, peut-on déterminer les biens communs qui ne sauraient relever de l’appréciation monétaire ? Et dans quelle mesure la monétisation des biens non marchands (naturels ou institutionnels) est-elle susceptible de transformer les rapports sociaux ?

D’autre part, sur un plan socio-politique, il s’agit d’interroger la manière dont la monnaie est tout à la fois l’expression et l’instrument d’un certain ordre social. Y a-t-il des instruments proprement démocratiques du contrôle monétaire de l’économie de marché ? La critique de des banques centrales et de leur indépendance s’exprime ainsi actuellement, de manière notable, par le recours à des innovations comme monnaies alternatives (monnaies locales, cryptomonnaies) qui impliquent une décentralisation du contrôle monétaire. Comment les apprécier sur le plan démocratique ? S’agit-il d’une réappropriation du commun ou au contraire d’une possible captation de celui-ci au profit d’intérêts particuliers ?

Enfin, la question du rapport entre monnaie et souveraineté se pose également au niveau supérieur, la monnaie étant un instrument de puissance d’un pouvoir (généralement national) qui en détient le contrôle. La diffusion de la monnaie au-delà des frontières d’un État souverain est un autre facteur d’érosion ou au contraire de renforcement de la souveraineté de cet État. Le problème se pose de manière aiguë pour l’euro qui peut être considéré comme vecteur d’une souveraineté transnationale ou au contraire vécu comme une contrainte à l’égard des souverainetés nationales.