Pourquoi s’intéresser à l’économie quand on fait de la philosophie?

Sérieux économique, travail philosophique

En règle générale, et à plus forte raison lorsqu’on a une formation philosophique, l’économie intimide. Ce n’est certainement pas un hasard puisque, plus que tout autre science sociale à l’exception notable du droit, on peut dire que cette discipline est desintée à intimider, du fait de sa vocation intrinsèque au sérieux le plus achevé. En effet, il n’est pas exagéré de dire que l’économie est la “science de gouvernement ” des sociétés contemporaines. Son sérieux est à ce titre l’expression de l’importance de ses enjeux et le gage de sa légitimité à les évoquer.

En première approximation, on peut donc avancer que pour cette raison même, la philosophie, en tant qu’art du questionnement, a éminemment vocation à s’intéresser à un tel ensemble de discours prétendant apporter des solutions (au moins partielles) aux principaux problèmes relevant de la conduite humaine, aussi bien individuelle que collective.

Il ne s’agit pas de suggérer que la philosophie ne serait pas une affaire sérieuse, mais que son sérieux est d’un autre ordre que l’esprit du même nom qui commande à la justification des décisions publiques. Autrement dit, le sérieux du concept n’est pas tout à fait celui de l’action. La philosophie, si elle prend au sérieux sa propre ambition de questionnement critique des justifications que l’on donner à ses pensées ou à ses actes, se doit donc de relever le défi du discours de pouvoir contemporain qu’est par excellence la science économique.

quelques portes d’entrée dans la théorie économique pour la philosophie contemporaine

Outre ces aspects d’ordre très général,  et qui justifient l’intérêt que l’on peut prendre à la science économique sans en être soi-même spécialiste, on peut, sans prétention d’exhaustivité, repérer – c’est l’objet essentiel de ce billet –  quelques points saillants de l’analyse économique, et dont les formulations sonnent de manière singulièrement familière à une oreille philosophique.

On se concentrera évidemment ici en particulier sur les problèmes de l’économie politique qui entrent dans le champ du questionnement sur la monnaie et la souveraineté. Revue désordonnée et non exhaustive, étant entendu que les aspects passés en revue ci-après sont très largement corrélés.

  • La théorie (ontologie) des organisations et des institutions (secondairement: les différentes nuances du néolibéralisme, selon la place qu’elles accordent aux institutions, de l’ordolibéralisme allemand au monétarisme états-unien en passant par la théorie hayekienne)
  • La question de la réflexivité du social sur lui-même (de sa possibilité): connaissance du tout social, prise en compte de la dimension temporelle, et en particulier le futur : problème des erreurs d’anticipations, prévisibilité des comportements sociaux, théorie des cycles économiques, etc.
  • L’évaluation de l’action, et particulièrement sa mesure quantitative
  • Les actes de langage, et notamment la question de la communication des informations (par les prix)
  • L’analogie de la monnaie et du langage, et plus spécifiquement des signes monétaires et des signes linguistiques ; également, la question de la distinction entre signe et symbole (la monnaie est-elle un ensemble de signes, ou a-t-elle également une dimension symbolique ?)
  • Les analogies biologiques qui parsèment la théorie économique, en particulier le concept de régulation
  • La théorie de la souveraineté comme point d’articulation de l’ordre monétaire et de l’ordre social
  • Le problème, central en anthropologie sociale, de la dette, comme structure des échanges sociaux en général, et dont la monnaie semble à la fois la condition et l’expression (selon des modalités sujettes à discussion)
  • La question de la diversité des rapports à la vérité du discours: rapport scientifique et technique (lié à l’expérimentation), rapport philosophique (relevant d’un questionnement des présupposés des discours), rapport prophétique (articulation de l’annonce d’un avenir nécessaire et d’une injonction comportementale), rapport de sagesse (où la théorie ne se lie pas à la pratique à la manière d’une technique mais dans une distance mesurée, calculée : bon nombre d’économistes prétendent ainsi cantonner leur esprit de sérieux à la seule “sciences de moyens” que serait leur discipline, renvoyant l’ineffable “science des fins” que serait la politique à sa relative indétermination).
  • Etc.

Image en tête : Internet Archive Book Images


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.