Couverture Esprit, numéro 456

Esprit n°456: « L’argent, maître invisible »

Dernière livraison de la revue Esprit, dossier coordonné par Camille Riquier, et organisé en trois thématiques.

https://esprit.presse.fr/tous-les-numeros/l-argent-maitre-invisible/880

  • L’argent et la valeur
    • contributions de V. Charolles, D. Delaurens, H. Mugnier, A. Orléan, N. Sadthou-Lajus
  • Parler d’argent
    • contributions de T. Ancelet-Netter, T. Gress, C. Hanna, C. Riquier, G. Todeschini
  • Richesse et justice
    • contributions de C. Chavagneux, J.-P. Dupuy, M. Foessel, J. Mistral, A. Orain

Dans « La communauté bitcoin », André Orléan se livre à une analyse de la monnaie virtuelle à la lumière de sa théorie institutionnaliste de la monnaie. Il met en évidence que le bitcoin doit essentiellement son succès à la lutte contre la défiance (puisque la solidité de son cryptage repose essentiellement sur le coût qu’impliquerait sa modification). Autrement dit, plutôt que de constituer directement la confiance par des institutions centralisées, la monnaie décentralisée doit pour éviter la défiance consommer l’énergie d’un pays comme la Belgique – avec un écart dramatique entre son intérêt économique et son coût économique et environnemental.

Dans « Le désirer toujours, n’en parler jamais », Michaël Foessel montre l’ambivalence affective de l’argent, à la fois objet de désir et difficile objet d’amour véritable. Comment justifier le désir d’accumulation après l’éthique protestante? Instrument de pacification des rapports humains (puisque la mise en équivalence impersonnelle des choses dispense du conflit entre les possédants, et dissipe ce faisant les mystères et les équivoques du monde naturel comme du monde social), il est aussi bien un vecteur de conflit puisqu’il conduit à des rapports impersonnels et donc au règne de l’indifférence. Dès lors la plus efficace critique de la soif de l’or consiste à se rappeler ce que son gain coûte aux plus pauvres. A rebours de la célébration naïve de l’enrichissement, voire de l’injonction contemporaine à aimer la richesse, qui fait de cette dernière le reflet d’un amour-propre délibérément aveugle à ce que coûte en réalité le gain d’argent.

Dans « La vraie nature du mercantilisme contemporain », Arnaud Orain revient sur l’histoire de ce mouvement intellectuel méconnu pour livrer une analyse de l’économie mondiale contemporaine, fondée sur les deux piliers que le mercantilisme classique avait identifié: « une défiance envers les effets prétendument positifs de la concurrence et du marché libre d’un côté; le sentiment de finitude, des ressources limitées, et l’urgence de la compétition mondiale, de l’autre » (p. 95). Ce n’est donc pas l’équilibre impersonnel de la concurrence du modèle libéral qui domine, mais une économie de prédation monopolistique appuyé sur la compétition entre puissances nationales en lutte pour l’hégémonie.

Dans « Une nouvelle crise financière? », Christian Chavagneux fait état du consensus absolu qui règne aujourd’hui à l’égard du caractère imminent d’une crise financière d’ampleur titanesque. Ce consensus, qui lui paraît en lui-même suspect, est essentiellement fondé sur l’immensité du taux d’endettement privé comme public, ainsi que sur la permanence, en dépit des mesures de régulation financière, d’activités risquées comme le shadow banking. Toutefois, avance l’auteur, la dette n’est pas définition problématique que lorsque les débiteurs de ne peuvent la rembourser ; or rien ne dit que la faiblesse des taux d’intérêt ne soit pas plus durable que ce que craignent les plus inquiets des observateurs, tant du fait de la politique des banques centrales que de l’importance de l’épargne mondiale (des ménages comme des entreprises) alors que l’investissement public comme privé est en baisse.

Image à la Une : crédits Esprit.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.